Mon projet

Gruissan

Une petite ville en bord de mer, une plage sur des kilomètres et un étang…voilà ce que tu trouveras en te rendant là-bas ! C’est également le spot du Défi Kite qui a lieu chaque année.

Le spot

Gruissan est situé dans le sud de la France, entre l’étang de Barcarès et celui de Thaux. Pour te rendre sur la plage, il faut contourner le village et passer le gabarit. Prends à droite, jusqu’à arriver à l’embouchure de l’étang et face à la plage de Veille la Nouvelle…si tu vas plus loin, tu risques de finir dans l’eau !

Par Tramontane et en naviguant sur la mer, tu es en vent off. Il est possible de rider sur l’étang en respectant les zones délimitées. Fait attention car il n’y a aucune sécurité bateau sur place…à moins que tu ne veuilles finir au bled !

Par vent du sud, tu rides en onshore sur la plage donc pas de risque marquant.

Les conditions

Comme la majorité des spots de la région, la Tramontane est dominante. Parfois orienté est ou ouest, elle peut être forte et très rafaleuse. Ne te surestime pas et si tu vois que les conditions sont trop fortes, n’y va pas. Et comme tu connais les spots du coin par cœur, tu sais aussi qu’elle peut être rafaleuse !

Parfois, un vent de mer peut souffler sur le spot. Je n’ai jamais eu l’occasion de rider ce spot par vent marin, néanmoins il est plus régulier et en général moins fort.

La période estivale de juillet, août n’est pas très propice et il peut y avoir du monde en raison des vacances. En plus, le vent n’est pas toujours présent contrairement aux autres saisons à cause des fortes chaleurs.

Bon à savoir

Le petit village de Gruissan est sympathique. Tu y trouvera tout ce qu’il faut en cas de besoin. L’accès à la plage se fait après le grand parking une fois que tu as passé le gabarit, un peu dans le même style que celui de Beauduc.

Une fois le gabarit passé, une belle plage de sable s’étend devant toi. Tu peux t’arrêter un peu n’importe où mais le meilleur endroit reste le bout de la plage…avec l’étang.

Pense à prendre de quoi tenir la journée car il n’y a rien autour pour boire ou manger. Même pas un petit camion glace.

Méfie toi quand tu roules sur la plage. Certaines zones peuvent être humides et tu risques de t’ensabler. Pour sortir tu peux parfois compter sur une bonne âme mais ne tentes pas le diable. Après de fortes pluies, mieux vaut ne pas se risquer sur la piste si tu n’es pas sûr de ton coup. Et bien évidemment, un 4×4 aura toute son utilité dans ce genre de situation.

Tu peux rider à la sortie de l’embouchure chenal de Gruissan mais le vent n’y est pas des plus optimales et peut être un peu perturbé par les obstacles plus en amont.

No wind, no kite

Si la Tramontane n’est pas avec toi, tu peux profiter du village de Gruissan ou aller jusqu’à l’étang de Barcarès.

Un petit bain de soleil et bronzage peut aussi être envisagé en cas de besoin.

Une bonne alternative reste la plongée. Et oui, dans le coin, il y a de beaux endroits pour explorer les fonds marins et partir à la chasse aux poissons. Plusieurs clubs de plongée ont établi leurs quartiers dans le coin. Renseignes-toi sur internet ou sur place en cas de besoin.

Voilà, tu sais tout ou presque sur ce joli spot du sud de la France, tu n’as plus qu’à explorer les alentours !

Crazy Fly Hyper 2019

Une machine à s’envoyer en l’air pour exploser des records de hauteur.

Présentation

Je suis tombé sur le distributeur de Crazyfly Suisse un jour de bise sur le spot d’Excenevex. Aux vues des conditions, j’allais sortir ma Dice 9 que j’adore car très smooth et stable en vent rafaleux et fort. Aimant également rider en Evo et après avoir discuté avec José de Crazyfly, il m’a fait tester cette aile…et là, ce fut le drame ! J’avais trouvé aussi bien, voire mieux que mon Evo que j’aime tant.

Test de la Crazyfly 2019 !

Caractéristiques

La Hyper est une machine à big air et à loop. Sa construction mélange la forme d’une aile delta et d’une bow. Ce qui lui donne une puissance énorme pour envoyer des sauts de fous et une relance réactive.

Sa construction en 5 lattes lui procure une rigidité maximale en raison de sa grande puissance. Ainsi, aucun risque que l’aile ne se déforme pendant que tu es dans les nuages…avant de redescendre tranquillement grâce à un petit downloop.

La pression en barre est légère, elle te donne la puissance nécessaire pour passer tes loops comme bon te semble…une véritable machine en soi ! Son hangtime énorme te permet de passer tous tes tricks comme tu le voudras.

L’innovation principale est dans le choix des matériaux de construction. Alors je vais être honnête avec toi, je ne suis pas ingénieur en R&D de kite, néanmoins, je me suis renseigné auprès du distributeur afin d’en savoir un peu plus.

Le matériel utilisé est du Triplex. Il est exclusivement réservé pour Crazyfly, qui en équipe ses ailes. C’est un triple revêtement qui augmente la durabilité de ton aile et qui la protège des assauts du soleil, du sel et du sable. Et là, tu vas me dire et le poids ? Et bien l’aile ne gagne absolument pas un gramme…incroyable mais vrai !

Tu disposes de 3 réglages sur les arrières pour régler la réactivité de l’aile qui se ride en 4 lignes.

Le gros point qui est également non négligeable est que Crazyfly garanti ses ailes 3 ans…c’est dire qu’ils ont confiance dans le matériel qu’ils vendent !

Sensations

De nature curieuse, je ne connaissais pas trop Crazyfly. Cette marque plutôt discrète, fabrique ses kites en Europe de A à Z. L’opportunité c’est donc présenté à moi de pouvoir tester cette petite machine à sauts. J’ai été impressionné par le hangtime et la puisse de cette aile au shape proche de l’Evo de chez Duotone. Et honnêtement, j’y ai pris encore plus de plaisir…ce qui m’a surpris ! Je ne pensais pas trouver mieux que l’Evo.

Je ne suis pas du style à envoyer du big air tel Josh Emmanuel ou Haaron Hadlow mais avec cette Hyper, ça part tout seul. Un gros crantage, un envoi franc et direct, boum…tu te retrouves avec tes amis qui ressemblent à de petits points sur l’eau ! Son hangtime est impressionnant et sa relance également.

C’est une aile vive et qui réagit à la moindre pression en barre qu’on lui donne. J’ai pu la tester en 9 mètres par vent rafaleux et froid. Et je dois dire que sa stabilité est sans pareil. Si tu veux envoyer du fat et du lourd, n’hésite pas.

Seul petit bémol concernant la barre. De conception très bien faite et légère, j’ai trouvé le système de sécurité quelque peu…bizarre. L’anneau à une forme étrange et tu peux difficilement te mettre en suicide pour faire du déhooké. Le second point à améliorer est la gestion du trim et surtout le taquet de blocage qu’il faut venir pousser à fond si tu veux bloquer le trim.

Hormis ces deux points à améliorer, je ne peux que recommander cette aile qui promet un avenir radieux à la marque.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑