Downwind

Un défi de notre trip au Brésil, était de relier nos spots en direction d’Atins uniquement en kite. Une grosse mission en sachant que chaque downloading fait entre 100 et 120 km…mais c’était sans compter sur notre motivation inébranlable !

Taiba – Icarai

Le plus ardu de nos downwind… un vent qui a faiblit pendant la journée, des passages au large de la plage et des voiles trop petites a fait de ce downwind une épreuve digne des travaux d’Hercules.

Jusqu’à Paracuru, pas de difficulté particulière. Du flat en bord de plage et un peu de vagues au large. Entre Paracuru et Lagoinha, il faut passer au large pour éviter le port et le phare. Ensuite un magnifique ride en bord jusqu’à Gajiru.

Jusqu’à Icarai le vent n’étant pas dans la bonne direction, nous avons dû rider au large avec kiteloop et downloop au menu… autant dire que nos bras étaient mis à rude épreuve !

A la vue d’Icarai le soulagement. Après plus de 100 km, une bonne caipirnha et un massage n’était pas de trop pour nous accueillir !

Icarai – Jericoacoara

Le plus beau downwind du trip. En partant d’Icarai jusqu’à Moitas nous avons pris un peu au large. Passé Moitas du flat, du flat et… encore du flat. Un pur bonheur ! En bord de plage, jusqu’à Almofalas et ensuite des kilomètres de flat avec en moyenne 30 cm d’eau, un décor irréel entre éoliennes et zones de pêche.

En fonction de la marée, après Aranau, tu ne peux pas longer la plage. Des rouleaux avec un short break et les éoliennes, t’obliges à rester dans la houle. Pas de grande difficulté en soit sauf si ton strap te lâche… du coup tu rides en one foot sur 30-40 km !

Arrivé à Préa, tu aperçois la colline de Jeri. Passe assez au large pour éviter la dévente et les rochers en cas de problème. Passe assez au large du village pour rejoindre la dune du couché de soleil.

Jericoacoara – Barra Grande

Après la fatigue et une grosse soirée, mes compagnons ont profité de faire le trajet en 4×4 et j’ai donc fait ce downwind seul. Le vent un peu faible a fait que j’ai eu un peu de peine au début. Pas de difficulté particulière sur ce trajet de 110 km. Il faut faire attention aux récifs et cailloux.

Il faut juste passer au large du phare de Camocim et éviter le bras de mer vers Bitupita. Pas beaucoup d’habitations sur ce trajet avec des paysages arides parsemés de champs d’éoliennes. Tu te sens seul au monde…

L’indispensable du downwind

Un downwind ça ce prépare… un minimum, pas comme nous ! Prévois un sac étanche, de l’eau et de la nourriture en fonction de la distance, des lignes de réserves, un peu d’argent et un téléphone. Il pourra te servir en cas de besoin et d’assistance ainsi que pour avoir le tracé gps.

Économise toi en fonction de la longueur du downwind. Si tu n’en as jamais fait, commence par de petites distances. Essaie d’être en forme le jour de ton ride… évite de faire la grosse soirée la veille au risque de souffrir le lendemain !

Un dernier conseil est d’étudier le tracé, te renseigner sur les conditions de vent et également les dangers. N’hésite pas à demander aux locaux qui connaissent bien la région ou te faire accompagner. A toi l’aventure et la découverte !

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :